C’est une technique bien connue. Mais qu’en est-il lorsqu’on l’applique? On va prendre une exemple très concret et le détailler pour voir comment on peut tester un produit avant même de l’avoir créé. Vendre avant de produire en prenant l’exemple de Matthias et de sa marque de tee-shirt.

Vendre avant de produire

Matthias est venu me voir et il m’a demandé de l’aide pour créer son site internet. Son business? Il monte une marque de tee-shirts. Cette marque, il n’en a que l’idée. Elle est basée sur un principe écologique, il reverse une partie de l’argent à des associations et désire décliner son offre sur tous les continents. D’où son idée de boutique en ligne. Oui, mais voilà, le problème, c’est qu’il n’a aucun investissement de départ. Pas un seul euro. Evidemment, vous êtes comme moi: vous lui dites que cela va être difficile. Mais pas impossible. Solution: vendre avant de produire.

Une bonne solution pour tester son idée

Etonné de ma proposition, Matthias me demande alors comment faire. Je lui conseille d’abord d’élaborer une stratégie, d’établir sa concurrence et de poser sur les papiers ses objectifs. Ce qu’il fait avec beaucoup d’attention et de lucidité. Il comprend qu’il va falloir se démarquer, faire la différence. Matthias décide de mettre le paquet sur disons… le graphisme. Il demande à un graphiste de lui créer des visuels d’exception et les montre à ses amis. Ils aiment. Mais Matthias sait qu’il ne faut pas écouter seulement ses amis et décide de se tourner vers les réseaux sociaux. Là, il sait que s’il fait de la merde, on lui dira. Il comprend alors que c’est une très bonne idée pour tester son marché.

Pas un seul produit n’est sorti qu’il vend déjà

C’est le succès! Les tee-shirts de Matthias font fureur. Matthias a compris qu’il fallait communiquer au maximum. Et ça, il peut le faire sans avoir encore son produit. Les like Facebook affluent, les retweets ne se comptent plus. Oui mais voilà, il va bien falloir les faire ces tee-shirts et les vendre. Mais Matthias n’a toujours pas un seul centime. Alors il décide de créer immédiatement sa boutique en ligne. Il sous-traite à un développeur. Pourquoi? Pour s’assurer de créer une plateforme en ligne professionnelle qui ne fasse ni fuir le client, ni ne donne une mauvaise image de lui. C’est pour cette raison qu’il veut personnaliser au maximum sa plateforme. Le SEO joue un rôle également primordial car il écrira des articles en relation avec sa marque.

Bingo ! Matthias vient d’encaisser 436,89 euros. Il peut enfin débuter son entreprise et livrera ses tee-shirts dans 30 jours en informant ses clients. Sans avoir déboursé un seul centime.

Guillaume Duhan
myhappyagency@gmail.com

Partagez cet articleShare on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn8Email this to someonePrint this page