L’idée est simple: faire connaissance avec ses collègues grâce à RandomLunch, un « plugin » qui sélectionne aléatoirement les employés d’une entreprise pour qu’ils déjeunent ensemble.

Pourquoi RandomLunch?

J’ai remarqué qu’en entreprise, on a rarement le temps de faire connaissance. Et pour cause, on a souvent dans l’idée que travailler, c’est produire plutôt que de socialiser. C’est, selon moi, une façon de pensée qui contribue au malheur des salariés.

Au contraire, une entreprise, c’est d’abord la rencontre d’éléments différents dont les intérêts convergent finalement vers un objectif commun. Et pour que des êtres humains puissent collaborer, partager un bout d’aventure ensemble, il faut qu’ils se connaissent.

J’ai donc eu l’idée de ce « plugin », RandomLunch.

L’objectif de ce projet?

Proposer aux salariés de faire connaissance autour d’un déjeuner. L’idée va même plus loin: pourquoi ne pas organiser périodiquement, une fois par semaine, des déjeuner aléatoires pour mieux se connaître?

De plus, de nombreuses études ont démontré que les entreprises dont les employés sont heureux ont une productivité accrue. Si l’on se connaît mieux, si l’on se fréquente, peut-être pourra-t-on faciliter la communication, les échanges et lutter contre l’isolement?

Ce projet n’est pour l’instant qu’une ébauche, une simple maquette. Mais j’ai dans l’idée que l’on pourrait assouplir les relations professionnelles en les rendant plus humaines, plus chaleureuses.

Conclusion

En 2017, de nombreux articles ont été écrits sur le bonheur en entreprise comme si c’était devenu une chimère. C’est triste de voir que le travail est devenu synonyme de corvée et de stress plutôt que d’épanouissement et plaisir. Il y a un effort considérable à faire de ce côté là.

Guillaume Duhan
Le projet RandomLunch: https://www.behance.net/gallery/60333083/RandomLunch-how-to-lunch-with-a-random-colleague

 

Partagez cet articleShare on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest1Share on LinkedIn0Email this to someonePrint this page

31 décembre 2017