Quand j’ai rencontré Fen et Erwan, ils travaillaient tous deux sur un projet nommé Workalize qui avec le temps est devenu Asgora. Asgora est une plateforme d’aide au développement des espaces de coworking. La mission de cette start-up est d’offrir aux gestionnaires des tiers-lieux une solution de gestion simple et d’accompagnement, d’animation et de mise en relation de leur clients.

1. Salut Fen, à quel moment cette idée de start-up vous est venue?

A l’origine, Asgora, anciennement Workalize, a été créé par Erwan et Jaimie qui se sont retrouvés au chômage. A ce moment là, ils travaillaient à l’Anticafé (2ème arrondissement, près de Beaubourg) et ils se sont rendu compte que c’était un espace hyper riche, plein de gens compétents mais qui n’interagissaient jamais entre eux. Pourtant, ils avaient tous des besoins qu’ils pouvaient résoudre en s’adressant simplement à leur voisins dans l’espace même ! Alors, l’idée de départ c’était juste de créer une cartographie des espaces de coworking en France – Workalize.

De là, ils en ont discuté avec le fondateur de l’Anticafé qui leur a conseillé de faire évoluer leur offre en une plateforme qui les rendent visibles auprès des freelances, start-upers et qui permette aux freelances de se rencontrer dans l’espace interne. Une application mobile de géolocalisation des entrepreneurs est née mais la courbe des utilisateurs réguliers s’est vite amoindrie et un autre besoin plus large, s’est fait sentir: celui de gérer les clients des espaces de coworking.

Asgora est né de cette évolution, après une incubation qui nous a beaucoup appris en terme de gestion d’un espace, surtout face à la profusion de nouveaux métiers. Il fallait qu’on évolue, notre application ne marchait plus du tout. Nous avons décidé de nous recentrer sur les espaces physiques parce que c’est un milieu que l’on maîtrise de par nos expériences personnelles et professionnelles.

2. A qui s’adresse Asgora?

Asgora s’adresse avant tout à toutes les personnes qui veulent créer un tiers-lieux ou qui en gères un. C’est ni chez toi, ni ton bureau. C’est partout où les gens peuvent se rencontrer. Nous permettons aux gestionnaires de tiers-lieux, de connaître leur membres, comment ils évoluent, quelles sont leurs attentes. Parce que s’il y a bien un truc qu’on a appris en fréquentant les espaces de coworking, c’est que les clients ne reviennent pas lorsqu’ils ne se sentent pas comme chez eux. On a créé un outil qui permet aux gestionnaires d’adapter leur espace pour leur clients.

3. Quelles ont été vos premières erreurs?

Je dirai une erreur que nous faisons tous: faire tester l’appli par des potes (rires). Sauf que pour le coup, tes potes trouvent toujours ce que tu fais génial ! Et ça ne fait jamais avancer les choses. Cependant, depuis le début, nous avions la réponse entre les mains. Nous savions que nous voulions créer cet outil, il nous fallait juste le temps de le comprendre et le faire évoluer.

4. Quelles sont les figures entrepreneuriales qui t’inspirent?

Moi, je pourrais parler de la mienne (rires). C’est Garance Doré, la blogueuse. Plus que blogueuse d’ailleurs, maintenant. Elle a un parcours hyper intéressant, très inspirant. La nana ne savait pas trop ce qu’elle voulait faire de sa vie, elle venait de Corse. Elle aimait bien l’illustration, au départ elle bossait dans un cinéma. Puis c’est une rencontre qui a provoqué son entrée dans le blog d’illustration. Ensuite, elle s’est dit “j’aime la mode” donc elle a ajouté de la mode… Bref, elle a évolué toujours en rencontrant des gens et petit à petit, elle a rassemblé autour de son projet et une entreprise est née ! Au final, c’est toujours le hasard qui fait les choses.

5. C’est quoi la suite pour Asgora? Le futur parfait?

Devenir riche ! (rires) Non, dans l’idéal, c’est que l’outil marche et qu’il intéresse les gens. Pour le coup, qu’il soit vraiment utile. Moi, tel que je vois les choses, c’est qu’Asgora soit un outil qui révèle les nouveaux métiers tout en étant inscrit dans les lieux où ils émergent. Néanmoins, notre prochaine étape s’élargie à la France entière parce que dans Asgora, nous sommes des gros provinciaux ! La bêta sort en Juin 2017.

Guillaume Duhan

Partagez cet articleShare on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Email this to someonePrint this page

# #

12 May 2017